Saint-Céré : Le lotissement hors la loi

Le Lot en Action. 19 octobre 2009 par Bluboux

Pour décerner le bonnet d'âne en matière de gestion du territoire et du développement durable, il n'y a pas eu de grande discussion au seing de la rédaction : unanimement et spontanément nous avons décidé de décerner le prix à Pierre Destic, le maire de Saint Céré !
La commune vient de débuter les travaux pour la réalisation d'un lotissement de 23 lots sur la route de Leyme (lotissement de l'Alba), malgré un avis défavorable de la DDEA; il y a violations des règles d'urbanismes et de la loi :
•    Tout lotissement doit comprendre un minimum de 10% de la surface en espaces verts. Le lotissement s'étend sur une surface de 25 000 m2 env, donc logiquement la surface d'espaces verts devrait avoisiner les 2.500 m2. Seuls 200 m2 env. sont aujourd'hui prévus.
•    Ce lotissement est bordé par un ruisseau, qui est en zone N (non constructible, à protéger). Or 6 lots empiètent sur cette zone.

La voirie prévue pour ce lotissement semble réalisée en dépit du bon sens puisque  surabondante (au mois 1/3 d'asphalte aurait pu être supprimé) et  l'orientation imposée des futures habitations est dans l'axe Est-Ouest, ce qui rend impossible toute construction bio-climatique.

Surpris par autant d'erreurs, nous avons contacté le cabinet Dorval, le paysagiste Causse  et le cabinet GEA,  géomètre expert et maitre d'œuvre en charge de ce dossier. L’avocat de la société GEA ne nous a apporté aucune réponse technique et s’est retranché derrière la l’obligation secret professionnel le liant au maitre d’ouvrage. Or il serait surprenant que ces professionnels n’aient pas averti la mairie des irrégularités grossières constatées, qui aurait quant même décidé de passer en force.
Le directeur de la DDEA, Monsieur Cousteille, joint au téléphone n'a pas souhaité s'exprimer publiquement sur cette affaire.

Alors que de multiples outils permettent aujourd'hui aux municipalités de mener des projets dans le respect des lois et des orientations définies au niveau national et local, notamment en matière de développement durable et de constructions écologiques (voir l'article sur les CAUE) il est regrettable de constater que pour des raisons qui restent obscures, certains décisionnaires ne jouent pas le jeu. Nous le saurons peut-être si un citoyen avisé porte plainte auprès du tribunal administratif (procédure simple et gratuite). A bon entendeur…

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau