Sarkozy off, un journaliste de France3 entendu par la police

Rue89. Par Julien Martin. 02 juillet 2009

Convoqué pour la seconde fois pour la vidéo de « Sarkozy off » diffusée par Rue89, Joseph Tual est ressorti 45 minutes plus tard.

Joseph Tual devant la police judiciaire à Paris (Julien Martin/Rue89)

Et de deux convocations par la police judiciaire pour Jospeh Tual, grand reporter à France3. Le 1er avril, il avait déjà été entendu, en compagnie d'une collègue de France3 et deux journalistes de Rue89. Ce jeudi, il a de nouveau été convoqué, cette fois seul, toujours pour dans l'affaire de la vidéo de « Sarkozy off », suite à la plainte de la direction de France3, initiée sur pression de l'Elysée. (Voir la vidéo)


Objet du délit supposé pour le journaliste de Rue89 Augustin Scalbert et le directeur de la publication Pierre Haski : avoir diffusé sur Rue89 des propos de Nicolas Sarkozy, tenus avant le début de son interview sur France3, le 30 juin 2008. Leurs deux confrères de France3, Carine Azzopardi et Joseph Tual, sont eux soupçonnés de les y avoir aidés.

Joseph Tual qui était soutenu, ce jeudi matin, par une trentaine de journalistes et techniciens, ainsi que par Reporters sans frontières, venus en signe de solidarité devant le département de police judiciaire de la préfecture de police de Paris, rue du Château des rentiers.

Confrontation avec un technicien de France3

Entré à 10h00, le grand reporter de France 3 est reparti 45 minutes plus tard. A sa sortie, il a expliqué avoir été confronté à un technicien de France3, également interrogé le 1er avril, sans que personne ne le sache alors. Ce dernier avait cité le nom de Joseph Tual comme protagoniste de la fuite à France3 :

« Il a cédé la dernière fois à des injonctions policières visiblement, puisque mon nom lui avait été répété à plusieurs reprises, et il avait fini par dire : “Oui, peut-être, c'était Joseph Tual qui lui avait demandé une cassette ce soir-là.” Les bras m'en sont tombés, puisque ce soir-là le technicien je ne l'ai pas vu, je lui ai encore moins demandé ni rien donné.

Il a rectifié [ce jeudi, ndlr] son procès verbal et a dit que c'était sous la pression des questions répétées la dernière fois qu'il avait donné mon nom. (…) J'ajoute que je ne lui en veux pas du tout, il a toujours mon estime et mon amitié. Le pauvre, il n'est pas habitué à être pressurisé de questions comme ça dans un commissariat. » (Voir la vidéo)


La rétractation actée, Joseph Tual a lui continué de nier. Il ignore quelles suites seront données à cette affaire. L'enquête en est, en tout cas, toujours au point mort. Au parquet maintenant de décider d'ordonner des poursuites judiciaires ou de classer l'affaire sans suite.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org