TAFTA : le pavé dans la mare du ministre allemand

Source : agence de presse Socopag, par AM, mis en ligne le 14 janvier 2015

TaftaRetour des USA, Christian Schmidt assène quelques vérités brutales : la protection des spécialités allemandes pourrait être sacrifiée.

Christian Schmidt, ministre CSU de l’agriculture allemande, a déclaré que « la protection des spécialités allemandes pourrait être sacrifiée dans les négociations TTIP de libéralisation des échanges avec les USA, si l’on veut arriver à un compromis. »

Selon les informations parues dans la presse allemande, notamment dans le Spiegel, il s’attend à ce que beaucoup de producteurs européens de spécialités régionales comme les jambons ou les pains perdent leurs privilèges à travers l’accord TTIP (Tansatlantic Trade and Investment Partnership). « Si nous voulons utiliser les chances d’échanges libres avec le marché géant américain nous ne pourrons plus protéger comme spécialité chaque saucisse et chaque fromage » déclare Schmidt. Il considère que les règles européennes en vigueur pour la protection de produits alimentaires régionaux sont très bureaucratiques. L’UE protège également des spécialités dont les produits de base ne parviennent plus uniquement de la région d’origine, critique également le Bavarois.

 

« Nous pouvons difficilement faire comprendre à nos partenaire américains qu’ils ne pourront pas exporter chez nous du lard tyrolien ou du gouda hollandais, si en Europe même, nous n’appliquons pas rigoureusement les protections ».

Le représentant américain Michael Froman aurait indiqué qu’il serait prêt à accepter dans le futur accord des exceptions concernant la viande de poulets chlorée. «  J’ai l’impression que les USA ont compris que la viande chlorée ne passerait pas en Europe » dit le ministre allemand. Les services américains se sont également montrés pour la première fois ouverts à une identification de produits alimentaire OGM.    

Ce qui est considéré comme un abandon des produits régionaux par la ministre, va faire du bruit en Allemagne, mais on peut prévoir que les principaux pays bénéficiant de la protection pour leurs produits des signes de qualité et d’origine, IGP et AOP notamment, vont très vite s’alarmer.

Commentaires (1)

1. Marc SOLARI 15/01/2015

Ils seraient plus que temps que les pays européens s'alarment.Et même que nos polititocards se mettent au travail.
Avant qu'on ne nous impose les lois et les normes US.
C'est à dire que les multinationales fassent de qu'elles veulent.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org