Transhumance en Quercy 2010

Le Lot en Action mag n°14. 8 avril 2010 par Bluboux

Vous ètes nombreux à me demander le programme pour cette transhumance 2010. Le mag n°14 (dans les kiosques) en donne tout le programme ! Mais compte tenu du fait que certains d'entre-vous sont en dehors du département, vous trouverez ci-dessous l'article du journal. Si vous ètes du département, merci tout de même de nous soutenir en allant acheter le journal. Si nous n'arrivons pas à équilibrer les comptes, l'aventure s'arrêtera...

La transhumance entre Rocamadour et Luzech prend ses marques pour cette quatrième. Nombreux sont les grincheux qui n’y voient qu’un coup médiatique, une belle image pour touristes. Ce n’est pas tout à fait juste puisque plusieurs associations foncières pastorales ont vu le jour dans le Lot. Le besoin est créé par deux facteurs : de nombreuses communes ont « laissé » disparaître les élevages sur leur territoire, les anciennes prairies sèches laissent place à des terrains embroussaillés (ainsi que les sous-bois) et les risques d’incendie deviennent sérieux. L’autre facteur est celui du nombre important de petits éleveurs qui manquent cruellement de terres pour leurs brebis ou leurs chèvres. Il y a donc une association d’intérêts qui n’est pas dénuée de sens, même si la réflexion devrait aller plus loin : les agriculteurs ont également un rôle essentiel dans la préservation et l’entretien des territoires, et la question du maintien des dernières petites exploitations sur les communes, ainsi que des nouvelles installations est primordiale. Cette réflexion va au-delà des communes, puisque tout le système des primes, sans lesquelles les éleveurs ne pourraient pas vivre, pousse ces derniers à agrandir leur cheptel (politique productiviste défendue par la FNSEA). Pour exemple, la prime à la brebis vient de passer de 10 têtes à 50 (un petit éleveur qui a un troupeau d’une vingtaine de bêtes n’a plus le doit aujourd’hui aux primes. Il lui faut donc soit y renoncer, soit acquérir trente bêtes de plus).
La tendance actuelle va aux installations «alternatives», donc de petits éleveurs qui vendent leur production autrement, via les circuits courts. Mais force est de constater qu’ils sont des pionniers et ont encore beaucoup de mal à s’en sortir financièrement. Mais si les modes de consommation commencent tout juste à évoluer, ce changement est notable, sensible et va s’accélérer rapidement. Il y aura donc à nouveau de la place pour une agriculture «saine», qui devra se différencier des labels bios européens qui s’orientent vers de la production intensive (un oxymore insupportable).

500 brebis à nouveau sur les chemins  entre Rocamadour et Luzech

Organisée par l’Association foncière pastorale de Luzech et Labastide-du-Vert et l’Association « Transhumance en Quercy », avec le soutien du Conseil général du Lot, la
Transhumance 2010 se déroulera du 13 au 17 avril 2010, entre Rocamadour et Luzech. Soit 70 km d’un parcours en 5 étapes avec 500 brebis qui rejoindront leur site de pâturage.
Randonneurs, amoureux de la nature, ce grand troupeau vous attend sur les chemins, pour être accompagné quelques centaines de mètres ou toute une journée.
Vous pouvez aussi, chaque jour, vous joindre au pique-nique (tiré du sac à dos). Les écoles et les centres aérés ont été invités à participer le midi. Les enfants pourront ainsi assister à des démonstrations de tonte. L’association des attelages du Haut-Quercy sera aussi de la fête durant les cinq jours de la balade.

Symbole de la reconquête des espaces embroussaillés
Le rassemblement de cheptels provenant de différents élevages a beau être très répandu dans les zones de montagne, cela reste exceptionnel dans le Lot.
La transhumance, c’est désormais une fête dans le Lot qui marque le début des beaux jours, et le retour des moutons chargés de lutter contre les incendies en partant à la reconquête de paysages qui n’étaient plus pâturés. Car les troupeaux sont de formidables    « machines » à débroussailler les parcelles. Et l’environnement sort gagnant de cette action : la présence des moutons favorise la biodiversité, en maintenant les prairies ouvertes, et donc la faune et la flore de ces milieux. D’où l’implication du Conseil général dans cette action.
Cette année huit éleveurs participent et mettent en commun 1 000 brebis. La saison de pâturage va durer cinq mois, du 17 avril au 31 août. Les animaux parcourront environ 500 ha sur trois sites d’AFP (Luzech-Labastide-du-Vert, Bélaye et Espère). Deux jeunes bergers se relayeront pour le gardiennage du troupeau.
À noter que Lot Tourisme prend part cette année à l’événement en proposant des solutions d’hébergement sur son site Internet, la Transhumance véhiculant avec elle une bonne image pour le Lot.

La reconquête des espaces embroussaillés :  une idée qui fait son chemin

Cette transhumance, quatrième du genre, a pris de l’ampleur l’an dernier, puisqu’elle se limitait auparavant aux abords de Luzech.
Cet élan nouveau symbolise la montée en puissance de la politique de reconquête des espaces embroussaillés impulsée par le Conseil général.
Depuis 2000, à l’initiative de la commune de Luzech, des propriétaires fonciers réunis au sein d’une association foncière pastorale (AFP) confient ainsi l’entretien de leurs surfaces embroussaillées à l’association d’éleveurs « Transhumance en Quercy ». Cette initiative mise en place après l’incendie de 1998 à Foncave, est entrée dans une phase plus active depuis 2005. Aujourd’hui, 90 propriétaires sont adhérents et la zone pastorale s’étend sur plus de 346 ha, entre Luzech et Labastide-du-Vert.
Et, telle la transhumance, l’idée a fait son chemin. De nouvelles associations foncières pastorales libres ont vu le jour. Aujourd’hui, sept associations de propriétaires se sont constituées et 1 500 ha se réhabilitent sur les communes de Luzech, Labastide-du-Vert, Bélaye, Les Junies, Les Arques, Lherm, Lalbenque, Nuzéjouls, Espère et Calès, mobilisant plus de 400 propriétaires. 

L’objectif est de reconquérir à terme 4 000 ha.

Pour cela en 2010, de nouveaux projets démarrent : à Gréalou, Marcilhac-sur-Célé, Sauliac-sur-Célé, Nadillac/Cras/Saint-Martin, Bouziès/Saint-Cirq-Lapopie, Cahors (Mont Saint-Cyr). Et d’autres sont sur les rails.

Les associations foncières pastorales libres

Les AFPL ont pour objectif de contribuer à la prévention des risques incendie, à la préservation de la biodiversité et au maintien d’une mosaïque paysagère par la pérennisation d’une activité pastorale favorisant la maîtrise de l’embroussaillement tout en valorisant une ressource fourragère renouvelable.
Elles sont maître d’ouvrage des travaux d’aménagement (réouverture de milieux, création de layons pour la pose de clôtures électriques mobiles…). Elles confient la gestion pastorale à un éleveur ou une association d’éleveurs par convention d’une durée de cinq ans.
Les AFPL participent à créer une dynamique partenariale entre les acteurs du territoire.


L’appui du Conseil général du Lot et du Parc Naturel

Le Conseil général du Lot appuie fortement ces démarches sur un mode participatif, et souhaite vivement étendre cette action exemplaire à d’autres zones du département. Entre 2008 et 2013, le Conseil général consacre plus de 3 millions d’euros à la réappropriation des espaces abandonnés, avec le soutien financier de l’Europe et du Conseil régional Midi-Pyrénées, et le concours des propriétaires fonciers et des éleveurs ovins.
Le Conseil général joue plutôt un rôle d’animateur, de «facilitateur» et de soutien technique et financier des projets en partenariat avec les organismes techniques tels que le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS), la Chambre d’Agriculture, l’ADASEA (Association départementale pour l'aménagement des structures des exploitations agricoles) et  le Parc naturel régional des Causses du Quercy… Et l’implication des acteurs locaux dans ces projets est la garantie de leur durabilité.


Le parcours de la transhumance

Partie de Rocamadour le 13 avril, cette transhumance fera halte dans l’Espace naturel sensible de l’Ouysse et de l’Alzou et mettra cap au sud pour rejoindre les bords du Lot le samedi 17 avril.
Dégustations de produits du Lot, projection d’un film, repas du terroir et animations accompagneront la Transhumance.
Possibilité, chaque jour, de rapatriement des conducteurs à l’étape «départ»,
le samedi navette-bus gratuite à partir de 15 heures

Renseignements : 06 83 29 62 22

Mardi 13 avril : Rocamadour - Moulin de Carlucet («Sol d’Andral») – 15 km.
Départ à 10 heures : rendez-vous au pied de la cité dans la vallée de l’Alzou. Étape pique-nique au relais ENS des vallées de l’Ouysse et de l’Alzou (Granges de Bonnecoste), commune de Calès. Avec dégustation d’agneau fermier du Quercy, une rencontre avec les éleveurs et casse-croûte tiré de son sac (avec le Comité de promotion des produits du Lot et l’association de l’agneau fermier du Quercy).
20 h 30 – Projection du film documentaire  Ça sent le roussi  d’Arnaud Brugier et débat à la salle des fêtes de Carlucet.
Au début des années 1980, dans les Aspres, petit massif des Pyrénées-Orientales bordant la Méditerranée, des hommes et des femmes se sont engagés pour que leur territoire, enclin à la déprise agricole et soumis au risque incendie, ne brûle plus. Ça sent le roussi  raconte la mise en place et le fonctionnement de cette politique de défense de la forêt contre l'incendie, en éclaire les enjeux d'aménagement et montre les fragilités d'un dispositif de développement durable face à des décisions politiques prises à court terme. À travers ce film, le réalisateur pose la question de l’avenir des activités agricoles et pastorales sur les territoires de faible densité démographique, de plus en plus convoités pour des usages touristiques et résidentiels.

Mercredi 14 avril : Moulin de Carlucet («Sol d’Andral»)  - Frayssinet – 14 km.
Départ à 10 heures : rendez-vous au lieu-dit «Sol d’Andral» (moulin de Carlucet). Étape pique-nique à Séniergues. Arrivée 16 h 30.

Jeudi 15 avril : Frayssinet - Gigouzac – 13 km.
Départ à 8 heures : rendez-vous au lieu-dit «Sol del Sartre», commune de Frayssinet. Arrivée à 13 heures. Pique-nique sur la place du village à Gigouzac

Vendredi 16 avril : Gigouzac - Crayssac («Mas de Cantarel») – 13 km.
Départ à 10 heures : rendez-vous à Gigouzac. Étape pique-nique à Nuzéjouls.
Arrivée 16 h 30. 19 h 30 : repas du terroir organisé par l’Association « la Diane Crayssacoise  » (soupe, agneau fermier du Quercy, rocamadour, pastis et cahors Malbec). Réservation obligatoire au 06 80 91 43 74 (maximum 100 personnes)

Samedi 17 avril : «Mas de Cantarel» à Crayssac - «Berrié» à Luzech – 12 km.
Départ à 8 heures. 11 heures : étape à Luzech, place du Canal (Luzech – «Berrié» 3 km).
12 h 30 : arrivée à «Berrié» (Luzech), lieu de l’estive. Apéritif musical (Fénelon, vin de Cahors) et dégustation d’agneau fermier du Quercy (avec le Comité de promotion des produits du Lot et l’association de l’agneau fermier du Quercy). Pique-nique tiré de son sac à dos.
15 heures : animations diverses (démonstration de tonte et manipulation d’animaux, jeu de piste pour les enfants…)

Commentaires

  • roger
    • 1. roger Le 27/12/2010
    j 'aimerais savoir , pour l 'an prochain , la date de départ de la transhumance , est ce que se sera, des le mardi 12 04 ??? ou le mardi 19 04 2011 ??
    je dois m 'organiser des maintenant
    merci pour la réponse

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau