Un petit garçon de 4 ans, proche de la mort après avoir reçu le vaccin H1N1

Mondialisation.ca. 15 novembre 2009 par Lisa Röstlund

C'est l'histoire de Kevin, âgé de 4 ans et vivant à Stockholm avec sa mère, Mia, qui est enceinte et dans son troisième trimestre de grossesse.

« J'étais sûr qu'il était mort », dit-elle dans un article publié d'abord uniquement dans la version imprimée du journal Aftonbladet, et plus tard ajouté à leur site web après que ses lecteurs lui aient « rappelé » de le faire.

Kevin était assis avec son père dans un café, lorsque tout à coup, il se mit à trembler de façon incotrölable. Son petit corps était arqué vers l'arrière, pris de convulsions, et ses yeux roulaient vers l'arrière, exposant, seulement le blanc de l'oeuil. Sa mère n'était pas loin, et quelqu'un est allé la chercher rapidement en disant « Mia, venez vite, Kevin va vraiment mal ! ».

Quand elle est arrivée près de Kevin, un cercle de personnes l’entourait, alors qu’il était couché à plat sur le sol. « Ses lèvres étaient complètement blanches. Je n'ai jamais vu une personne aussi blanche de ma vie. Je l'ai pris dans mes bras, et il était complètement flasque.  Ma seule pensée était : «Il est mort, il n'est plus en vie !», dit sa mère.

Kevin ne respirait plus. Deux infirmières se trouvaient là et elles ont expliqué à Mia comment effectuer un massage cardiaque immédiatement. Mia a commencé à faire cela alors que, dans le même temps, elle a senti qu'elle commençait à entrer dans le stade de travail de l’accouchement. Elle a donné de l’air à son fils pendant que d'autres appelaient une ambulance. « J'ai perdu la notion du temps. Mais après un certain temps, ses lèvres ont retrouvé leur couleur. Il a ouvert les yeux ».

Pendant le trajet vers l'l'hôpital, Kevin n'a exprimé qu'une crainte : « Maman, je ne veux pas avoir d'autres vaccins. »

Les médecins qui e sont occuppé de lui à son arrivée à l'hôpital sont d'acord sur le fait que la seule explication à ceci est le fait qu'il avait reçu, deux jours auparavant le vaccin empoisonné Pandemrix contre la « grippe porcine ». Ils ont également dit : « Il est le second ajourd'hui, ce n'est pas un cas unique ».

Le journal a contacté l'Agence des produits médicaux de Suède, et a parlé avec le professeur Jan Liliemark qui a affirmé qu'il n'avait jamais entendu parler de cas semblables. « Les enfants peuvent entrer dans des états comateux pour de multiples raisons. Cela pourrait être relié à la vaccination, mais il pourrait aussi y avoir d'autres raisons ».

Les parents de Kevin ont choisi de parler de leur épreuve de façon à ce que d'autres parents puissent être mieux informés qu’eux. Ils n'ont jamais entendu que de telles choses pouvaient se produire après une vaccination.

Mia dit : « Que se serait-il passé si cela s’était produit à la maison pendant qu’il jouait seul dans sa chambre et pendant que je faisais le ménage en bas ? ».

Nous avons reçu des informations non confirmées selon lesquelles le nombre des "effets indésirables" du vaccin en Suède est maintenant bien supérieur à 500, et comprend des « effets secondaires graves » qui signifient de symptômes qui mettent la vien en danger même la mort. Le nombre de décès qui nous a été signalé est supérieur à 50 jusqu'à présent. Cette information  est non confirmée et les chiffres officiels sot gardés secrets. Conformément à l'accord également secret conclu entre la Suède et GSK, Glaxosmithkline, qui produit le vaccin toxique pandemrix.

Je me suis entretenu aujourd'hui avec un fabricant de vaccins (un fournisseur de l'API, l'ingrédient actif) à son usine ici, en Suisse, et ils m’ont dit qu'ils sentaient qu'ils devaient jouer à la fois dans la production et la fourniture de ces ingrédients actifs aux plus "grosses" multinationales pharmaceutiques, puisque ces sociétés sont « si puissantes ». La personne avec laquelle j'ai parlé pensait qu’il y avait quelque chose de sérieusement grave dans la façon dont toute la peur de la « grippe porcine » s'est déroulée, ainsi que le rôle de l'OMS. La même personne a également reconnu qu’énormément de recherches dans le domaine médical, et qui ne supportent pas les produits planifiés d'autres entreprises, sont cachées ou enterrées. Les deux personnes auxquelles j'ai parlé ne prendraient "absolument pas" le vaccin contre la « grippe porcine ». Elles ont dit que la « grippe porcine » signifiait de bonnes affaires.

Article original :  http://www.aftonbladet.se/nyheter/svininfluensan/vaccinguiden/article6086396.ab, le 4 novembre 2009.

Traduction : Johan Niklasson
http://trinite.1.free.fr/sante/premieres_victimes.htm


 Articles de Lisa Röstlund publiés par Mondialisation.ca

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org