Vayrac. Jean Launay pointe du doigt les sondages de l'Elysée

La Dépêche. 6 novembre 2009 par Jean-Luc Garcia

Polémique. Suite au rapport présenté jeudi à l'assemblée par le député-maire, les parlementaires PS réclament une enquête.

Jean Launay prône la transparence sur les dépenses de la République… et notamment sur les sondages. Photo DDM.
Jean Launay prône la transparence sur les dépenses de la République… et notamment sur les sondages. Photo DDM.
DDM

Transparence : c'est le maître mot qui a guidé les travaux de Jean Launay, député-maire PS qui a mis à jour les dépenses de l'Élysée et de son principal locataire : Nicolas Sarkozy.

« J'ai rédigé ce rapport dans le cadre de ma mission de rapporteur spécial de la commission des finances. Dans un souci de cohérence et de transparence vis-à-vis de tous les citoyens français, ce rapport présenté à l'assemblée nationale s'attarde en toute logique sur les dépenses de la République dans tous les domaines », précise Jean Launay.

Tous les domaines, en effet, dont un qui a suscité de vives réactions dans les rangs des députés PS : les sondages d'opinion payés par la présidence de la République.

Les députés se sont emparés du rapport de leur homologue lotois pour épingler une dizaine de factures confirmant le budget sondage de l'Élysée : 3,281 millions d'euros en 2008 et 1,989 million en 2009.

Le budget prévisionnel pour les sondages qui seront réalisés en 2010 s'élève quand à lui à 1,473 million.

« Ce n'est pas la globalité des sondages qui est critiquée, mais plutôt certaines enquêtes d'opinion plus précises axées notamment sur les choix politiques et les décisions du président de la République », explique Jean Launay.

MISE EN PLACE D'une commission d'enquête

« La démocratie a un coût et on doit l'assumer, c'est normal. Je ne suis pas opposé au principe même des sondages, mais je dois reconnaître que les initiatives de l'état qui, en quelque sorte surveille l'opinion, sont assez troublantes. Le parti socialiste a demandé la mise en place d'une commission d'enquête sur ce sujet », indique Jean Launay.

« La surveillance de l'opinion peut très vite conduire à la manipulation de celle-ci. C'est contre cette dérive que nous devons absolument lutter », insiste le député. De son côté, Delphine Batho, députée PS, a dépassé le stade de l'inquiétude. Pour elle, les réponses très attendues de la commission d'enquête concernant le budget des sondages ne suffiront pas à éclaircir une autre anomalie. Elle suspecte « un système de double facturation et de fausse facturation ».

Jean Launay calme le jeu et continue à prôner la transparence. Le député lotois annonce qu'à compter de décembre 2009 « les enquêtes d'opinion commandées par l'Élysée aux instituts de sondage dépendront d'un appel d'offres publié au Bulletin officiel des annonces des marchés publics chaque 15 octobre ».

Objectif : honnêteté et clarté.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau