Virus informatique : l'un d'eux contamine un homme pour la première fois

Maxisciences. 27 mai 2010

Technologie biométrique (illustration)

Grande-Bretagne - Le Dr Mark Gasson est parvenu à démontrer la dangerosité des puces intégrées au corps humain, en contaminant celle qu'il s'était implantée avec un virus informatique.

Cette contamination aurait permis au scientifique de l'université britannique de Reading d'ouvrir des portes de sécurité ainsi que de débloquer son téléphone portable. La puce de radio-identification (RFID) implantée par ses propres soins dans sa main gauche a également corrompu le système central avec lequel elle était reliée et aurait pu infecter d'autres puces si elle n'avait pas été isolée, créant ainsi une véritable épidémie.
"Cela donne un aperçu des problèmes que nous pourrions rencontrer à l'avenir", explique le Dr Gasson qui a mis en garde, dans un article du Telegraph, contre le danger de ces puces qui pourraient également perturber certains appareils avoisinants comme les pacemakers.
"J'ai ressenti cette expérience comme une surprenante violation de mon intimité. L'implant fait partie de moi et pourtant, j'étais dans l'incapacité totale de contrôler la situation", s'est-il confié.
Le fonctionnement de cet implant est identique à celui des étiquettes de magasins, en plus perfectionné. Il peut transmettre des informations et les recevoir grâce à une antenne intégrée à la puce.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau