24/25 juin 2011 : Appel aux communes du Lot à entendre la requête du Maire d'Hiroshima à s'affilier au réseau des Maires pour la Paix

Lotois du monde. Le 23 Juin 2011 par Michel Lablanquie (publié par Marie)

"Le seul critère de réussite d'une collectivité devrait être sa capacité à ne pas exclure, 
à faire sentir à chacun qu'il est le bienvenu, car tous ont besoin de lui.
A cette aune-là, le palmarès des nations est bien différent de celui proposé par les économistes."

Albert Jacquard, J'accuse l'économie triomphante, 1995

 


Le Lot du Monde


En 1950, Cahors fit valoir au Monde une utopie salvatrice en posant les premières pierres d’un Gouvernement mondial des peuples, seul apte à faire face à la menace atomique alors imposée durant la Guerre froide par les deux blocs américain et russe.

Alors que l'humanité était encore secouée par les horreurs de la dernière guerre et par le spectre d'Hiroshima, Cahors fut la première ville à signer la Charte de la Mondialisation, adoptée le 30 juillet 1949 grâce à l'adhésion de ses habitants, de ses élus communaux, et au soutien de personnalités nationales et internationales - dont Albert Camus, André Breton, Jean-Paul Sartre et l’Abbé Pierre. La ville prit la résolution d’ajouter à son nom le mot Mundi (du monde), pour s’appeler Cahors-Mundi.

Les mois suivants, 239 communes du Lot sur les 330 que compte le département, puis le département lui-même à travers son Conseil général, s'enflammaient pour le projet d'une planète sans frontières régie par une Loi mondiale... et à leur suite, un millier de communes ou de villes dans 10 pays et sur 4 continents, dont les villes d’Hiroshima (le 18 mars 1959), Nagasaki (le 17 mars 1960) et Fukushima (le 24 février 1971). Cahors organisa les 24 et 25 juin 1950 les grandes cérémonies qui consacrèrent la Mondialisation du Lot.

L’appel de Cahors était un acte de résistance face à la folie meurtrière des hommes, un élan de solidarité entre les peuples, posé en réaction à la barbarie des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki. Les citoyens de Cahors ont fait corps pour opposer à la force brute l’utopie d’une nouvelle fraternité humaine. Ils ont pu ensemble affirmer la nécessité d’un ordre supra-national qui pourrait permettre l’organisation d’une communauté mondiale où règnerait la paix et l’abondance, et où les libertés fondamentales seraient garanties aux individus (1).

 

Le 61ème anniversaire de la Mondialisation du Lot


Les 24 et 25 juin 2011, Cahors et le Département du Lot vivront donc les 61 ans de leur Mondialisation, sans que cet événement ne soit connu de la plupart de nos concitoyens - comme si la mondialisation économique globalisée qui prévaut de nos jours avait définitivement effacé tout espoir de construire la mondialisation des peuples, prémisse de la société humaine solidaire qui avait alors été rêvée.

La ville d'Hiroshima avait suivi l'appel de la ville de Cahors le 18 mars 1959, dix ans après son initiative, en se déclarant à son tour commune mondiale. C'est guidé par cet exemple que M. le Maire d’Hiroshima a lancé à son tour, auprès des communes du monde, un Appel pour les exhorter à rejoindre les "Maires pour la Paix". Cet Appel a pour seul objet d'inscrire sa volonté d’un monde libéré des armes nucléaires et de la menace atomique. Les villes d’Oradour-sur-Glane et de Tulle y ont souscrit (en janvier et juin 2004), et avec elles une centaine de communes en France et plus de 3.000 dans le monde.

M. le Maire de Cahors, Jean-Marc Vayssouze, a pris l'engagement devant les citoyens réunis le 21 septembre 2010, jour international de la Paix, d'effectuer ce geste symbolique fort : adhérer aux Maires pour la Paix (2). Nous le rappelons à ses promesses, et exhortons toutes les communes du Lot, quelle aient ou non été mondialisées, à entreprendre cette démarche (3).

Une volonté affichée pour le désarmement nucléaire serait d’une très grande portée symbolique en ce temps où le nucléaire civil nous montre, avec la catastrophe de Fukushima, la réalité de ses dangers, et alors que Barack Obama a fait de l’abolition des armes atomiques l’objectif numéro 1 de sa présidence. Ainsi quatre des cinq Etats nucléaires signataires du Traité de Non Prolifération ont inscrit cet objectif sur leurs agendas politiques (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Russie et Chine), alors que seule la France, ancrée dans l’idéologie d’une "dissuasion nucléaire" comme "assurance-vie de la nation" (selon les termes de Nicolas Sarkozy pendant sa campagne présidentielle), n’a pas rejoint ce mouvement.

L'enjeu citoyen que nous défendons, cette aspiration à une paix et à une fraternité mondiale, à vivre tous ensemble heureux, demande des efforts communs pour agir en faveur d'un monde meilleur, pour montrer l’exemple d’une sortie de conflit dans la non-violence, la réconciliation, et pour faire la Paix avec tous, côte à côte, responsables élus, engagés politiques, associations et citoyens.

A nous de voir si la volonté publique souscrit aujourd'hui à cette idée simple : "Faisons la Paix"… et si cette proposition a un sens, les initiatives prises doivent s’ouvrir à tous les citoyens et organisations qui partagent le même but, tous ceux de bonne volonté, individus ou groupes, qui veulent bien s'y joindre, afin que les citoyens de Cahors et du Lot, sans exclusive, se réunissent pour bâtir la Paix, dans la fraternité et la non-violence.

 


LE"PETIT HOMME" SYMBOLE DES CITOYENS DU MONDE

 

Comment célébrer aujourd’hui Cahors-Mundi ?

 

L’utopie de Cahors-Mundi est l’héritage de nos pères, ces pionniers ont ouvert une porte, un espoir pour l’humanité. Ils ont impulsé un acte de résistance face à la terreur, ont dessiné une solution, caressé un espoir. À nous maintenant de poursuivre la voie ouverte, et d'ouvrir les yeux sur la modernité d’un message qui peut aujourd’hui éclairer nos consciences. Comment aujourd’hui faire vivre cette utopie ? Il faut être conscient des réticences, des freins que suppose une telle entreprise, mais également être conscient de la force et du pouvoir populaire.

La “Mondialisation” telle que la rêvaient nos communes à la sortie de la guerre était celle de la fraternité humaine et du partage. Elle visait à créer une instance gouvernementale mondiale et souveraine, au dessus des États, pour faire face aux défis et menaces qui pesaient sur l’humanité : la guerre comme celle qui venait de se clore, mais aussi l’environnement, les matières premières, ou l’énergie ; elle visait à dénoncer la dissémination des armes de destruction massive : atomiques, biologiques et chimiques ; à dénoncer la misère du plus grand nombre, à côté de l’abondance dont jouit une minorité d’habitants de la Terre ; à établir l’inventaire des besoins fondamentaux de l’homme...

Aujourd’hui, à l’heure ou les menaces climatiques et environnementales, l’exploitation des ressources, de la flore, de la faune et des populations, les pollutions de toutes sortes, les menaces de guerres, la peur et la misère n’ont jamais été aussi présentes, ces aspirations sont plus que jamais d’actualité. Le terme de “mondialisation” a de nos jours pris un autre sens, celui d’une entreprise de domination capitaliste, généralisée par une théorie économique bâtie sur la domination des uns sur les autres, et dont on voit aujourd’hui les effets néfastes (4). Il s’agit aujourd’hui d’opposer la Mondialisation des consciences à la mondialisation de l'économie triomphante, d’opposer l’idée d’un Gouvernement des peuples comme contrepoids au gouvernement économique mondialisé. D’où la pertinence et la modernité du message porté par nos aïeux.

L’objectif premier défendu par les associations et citoyens, qui avaient demandé au Maire de Cahors, le 15 septembre 2009, d'adhérer aux Maires pour la paix (5), est d’affirmer la volonté citoyenne d’un désarmement nucléaire mondial (6). Et pour donner du poids à cette volonté, de lier la célébration deCahors-Mundi avec l’adhésion de la ville aux "Maires pour la Paix“, comme un appel aux communes du Lot pour qu’elles y adhèrent à leur tour, et pour qu’elles célèbrent l'utopie de leurs sages et la fassent vivre maintenant et pour l'avenir.

Cette demande, soutenue par nos nombreuses associations, est avant tout une démarche citoyenne, et nous exhortons tous les lotois qui peuvent se sentir concernés, à la relayer auprès de leur municipalité. Et à mettre en commun leurs efforts, réflexions, propositions, et en partager les outils (7).

Il ne tient qu’à nous de faire vivre aujourd’hui l’utopie qui a été hier entreprise.

 

Les communes qui peuvent se sentir concernées par la requête lancée ce mois-ci par M. MATSUI Kazumi, Maire d'Hiroshima et président des Maires pour la Paix, auront à coeur de répondre à son appel :

"La participation en nombre au réseau des Maires pour la Paix, donnera un élan augmentant de plus en plus les chances de réussite du désir de paix et de l'abolition des armes nucléaires. Pour le futur de l'humanité, pour protéger la paisibilité de la vie des citoyens, pour se tourner vers la réalisation de la paix perpétuelle dans le monde, nous souhaitons de tout cœur votre mobilisation. (8)"

 


1) - Il y a 61 ans, 70 % des électeurs de Cahors se sont déplacés, malgré les vacances, pour la consultation populaire exceptionnelle ouverte entre le 21 juillet et le 12 août 1949, et ils ont plébiscité à 59 % la Charte de la Mondialisation (avec 11 % d'abstention). La même consultation emporta à Figeac l’adhésion de 82 % des électe
urs inscrits.

2) "Cahors, la fontaine de la Paix a été inaugurée", La Dépêche du Midi, le 22 septembre 2010 :http://www.ladepeche.fr/article/2010/09/22/912062-Cahors-La-fontaine-de-la-Paix-a-ete-inauguree.html

3) Toutes les explications nécessaires pour adhérer aux "Maires pour la Paix" sont données ici :http://leliencommun.org/lotoisdumonde/initiatives/index.html.

4) Cahors a lui aussi participé en son temps à cette entreprise prédatrice. L'expansion de la ville au XII° siècle, impulsée par l'arrivée des banquiers lombards, est consécutive à l'importance prise par les Caorsins - banquiers et usuriers d'influence internationale, issus des grandes familles de Cahors.
Les Caorsins firent fortune, entre la fin du XII° et le milieu de XIV°, grâce au commerce, aux services bancaires, et aux prêts sur gage - qu'ils pratiquent avec un taux d'usure à des taux dépassant les 40%. On peut voir dans leur philosophie un signe avant coureur du libéralisme moderne et de la mondialisation économique. Goethe ne s'y est pas trompé en leur offrant une place de choix dans son Enfer.

5) courrier au maire de Cahors, le 15 septembre 2009 :http://bienprofond.free.fr/hiroshi/2009/mairecahors.html.

6) - 86 % des Français sont favorables (et 58 % très favorables) à l'abolition des armes nucléaires, selon un sondage réalisé en 2008 pour Global Zero.

7) - un site internet est dédié à cette entreprise : http://leliencommun.org/lotoisdumonde

8) "Requête au sujet de l'affiliation au réseau des maires pour la Paix", lancée aux communes dumonde en juin 2011 par M. MATSUI Kazumi, Maire d'Hiroshima et président des Maires pour la Paix :http://www.mayorsforpeace.org/data/pdf/otherlanguages/french.pdf

___________________________________________

   


http://leliencommun.org/lotoisdumonde

 

Les Maires pour la Paix

 

En ce mois de Juin 2011, M. MATSUI Kazumi, Maire d'Hiroshima et président des Maires pour la Paix,adresse aux communes du monde une "requête au sujet de l'affiliation au réseau des maires pour la Paix" :

"À tous les dirigeants de municipalités (...)
La participation en nombre au réseau des Maires pour la Paix, donnera un élan augmentant de plus en plus les chances de réussite du désir de paix et de l'abolition des armes nucléaires. 
Pour le futur de l'humanité, pour protéger la paisibilité de la vie des citoyens, pour se tourner vers la réalisation de la paix perpétuelle dans le monde, nous souhaitons de tout cœur votre mobilisation.
 "

Les villes d’Oradour-sur-Glane et de Tulle ont rejoint les Maires pour la Paix (en janvier et juin 2004), et avec elles une centaine de communes en France et plus de 3.000 dans le monde. 
Votre commune peut rejoindre cette initiative, comme l'encourage M. le Maire d'Hiroshima : "Tous, ainsi que les villes de Hiroshima et Nagasaki, espèrent obtenir votre affiliation au réseau des Maires pour la Paix, afin d'œuvrer pour l'objectif de suppression de l'armement nucléaire.
".

> télécharger la requête du Maire d'Hiroshima (en français, format pdf)


Un dossier à l'intention des Maires des villes de France : "s'impliquer pour le désarmement nucléaire, une nécessité maintenant" est traduit et diffusé (en 2003) par Stop Essais.

> téléchargez le dossier à l'intention des Maires des villes de France (format pdf)
 

En complément, il est bon de se rapporter au dossier plus complet en anglais proposé par les Maires pour la Paix, ou en téléchargeant directement le document ici (en pdf). Ce document (en anglais) précise les actions des Maires pour la Paix, en particulier le “protocole Hiroshima-Nagasaki”, la campagne Vision 2020, et le projet Cities Are Not Targets (nos villes ne sont pas des cibles).

---------------------------------------------------------------------------------------------

La déclaration signée ainsi que la délibération du conseil municipal 
- avec une copie pour nous - doivent être retournés à :

Mayors for Peace 2020 Vision Campaign International
Secrétariat / City Hall / Grote Markt 34 / 8900 Ypres / Belgique
Téléphone : +32-57-38 89 57 / Fax : +32-57-23 92 76 / courriel : pol@2020visioncampaign.org

---------------------------------------------------------------------------------------------


Le réseau Abolition 2000
 

Les Maires pour la Paix sont affiliés au réseau international Abolition 2000 

qui a pour objet l’abolition des armes nucléaires. 

> lire la déclaration du réseau Abolition 2000



Commentaire (0)

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire
Vous

Votre message

Champ de sécurité

Veuillez recopier les caractères de l'image :

Dernière mise à jour de cette page le 24/06/2011

Membre du réseau Infovox, je publie sur Agoravox, coZop, etc.