Gaz de schiste, rien n'est fini !

Le Lot en Action n°50, par Danièle Favari, mis en ligne le 5 avril

reunion-gds-sousceyrac.jpgVous pensez : le gaz de schiste, c’est fini. Vous vous trompez : au contraire, tout s’accélère

1ERE URGENCE

D’abord, parce que vous êtes directement concernés ; le PERMIS Beaumont de Lomagne (10.405 kms2 sur les départements du Lot, Lot et Garonne, Dordogne, Tarn-et-Garonne, Haute-Garonne et Ariège, Hautes Pyrénées et Gers). Il s’étend sur 80 kms de large et, selon les documents en notre possession, le pétitionnaire BNK Petroleum fait mention de la « fracturation hydraulique » dans son dossier.

Le collectif « non au gaz de schiste 47 » appelle à une MANIFESTATION A TOULOUSE le 31 mars de 15 à 18 h au Monument aux Morts.

PLUS D’INFOS  au : nonaugazdeschiste47@gmail.com

Nous attendons de pouvoir rencontrer les autorités de la DREAL, de la Préfecture et la Députée du Lot, Dominique ORLIAC qui a toujours été à nos côtés dans cette lutte.

Conscients de la gravité de la situation, une mission d'information et d'évaluation sur l'exploration et d’évaluation des gaz de schiste (pas celle qui aurait dû être mise en place par la loi du 13 juillet 2011) vient d’être créée par le conseil général du Lot-et-Garonne à la demande de la majorité PS ; elle comprend huit conseillers généraux, de gauche et de l'opposition, qui devront rendre leur rapport sur les risques encourus par les gaz et huile de schiste, dans six mois. Sa création intervient alors que le préfet de Région Midi-Pyrénées vient de recevoir deux demandes de permis d'exploration, un à Beaumont de Lomagne (Tarn-et-Garonne) et un à Mirande (Gers), selon le conseil général. "Nous sommes inquiets, c'est pourquoi nous avons créé cette mission", explique son président PS, Georges Denys. "Nous allons rencontrer des techniciens, des chercheurs, des associations et des industriels (...) afin de connaître les risques encourus", a-t-il ajouté. Je suis entrée en contact avec Michel Esteban, Rapporteur et Georges Denys, Président.

 

2EME URGENCE

Depuis le 19 janvier 2012, 14 permis de recherche exclusifs ont été mis très discrètement "en consultation" auprès du public sur le site du ministère de l'environnement et sur le site des DRIRE en région. Onze permis concernent la Seine-et-Marne - département à forte densité de population desservie par des nappes phréatiques qui risquent d’être irrémédiablement contaminées - un dans l'Aisne, un en Lorraine et l’autre dans l’Aquitaine. La « consultation » publique s’est achevée ce 19 mars. Ils devraient bientôt être octroyés.

 

3EME URGENCE

La demande de prolongation de la 3ème période du permis « Rhône Maritime » va s’achever le 11 avril prochain. Il s’étend sur une « Zone Economique Exclusive » de la Mer Méditerranée (mer fermée). Il jouxte une Zone de Protection Ecologique où le dégazage, le déballastage et le rejet illicite en mer sont sévèrement réprimés, une zone recélant une aire marine UNIQUE  qui garantit la sauvegarde des cétacés et de leur habitat naturel.  PELAGOS est placé sous l'égide des Nations Unies.

Le Conseil Economique Social et Environnemental s’est déclaré défavorable.

UN RASSEMBLEMENT CITOYEN EST PREVU A LA SEYNE SUR SEINE le 8 avril 2012 pour empêcher ça. Placé sous le patronage de José Bové, tous les bateaux des pêcheurs et plaisanciers feront entendre leurs sirènes pour mettre un « TRAFALGAR » aux gaz de schiste. Une pétition y sera lancée.

 

4E URGENCE

"Le gouvernement a demandé – FIN JANVIER 2012 - l’accélération de l’instruction des demandes de permis de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux de Blyes, Gex Sud, Montfalcon et Lyon – Annecy. Quoiqu'en disent les autorités, il s’agit bien là de nouveaux permis de pétrole et gaz non conventionnels qui vont être accordés sur PLUS DE LA MOITIÉ DE LA RÉGION RHÔNE-ALPES AINSI MENACÉE.

Une manifestation est prévue le 14 avril à Bourg en Bresse, j’y participerai afin d’alerter les Maires.

 

5E URGENCE

Le Journal « Le Monde » a publié, le 15 mars, une information encore à prendre au conditionnel : le texan Schuepbach aurait attaqué le Ministère de l’écologie contre l’abrogation de ses permis de NANT et VILLENEUVE DE BERG ; j’attends confirmation du Tribunal Administratif de LYON.

DERNIERES URGENCES ET NON DES MOINDRES.

Le décret instaurant la commission Nationale de suivi et d’évaluation de la technique de la « fracturation hydraulique » a été publié ce 22 mars 2012, les expérimentations vont donc commencer. Le rapport définitif du Conseil Général de l’Industrie (CGIET) est paru, lui aussi. On y note « qu’aucun interlocuteur, ni en France ni lors des échanges que nous avons pu  avoir avec des experts industriels étrangers ou avec les autorités administratives polonaises, n’a évoqué  pour une utilisation dans un futur proche d’autres technologies que la fracturation hydraulique. »


Nos territoires et notre EAU sont menacés : REJOIGNEZ NOUS, AIDEZ LE MOUVEMENT A CONTINUER LA LUTTE ET ADHEREZ à l’Association « Mesure Conservatoire » en demandant votre bulletin d’adhésion à : nongazdeschisteinfos@gmail.com. Merci d’avance. Danièle favari (veille juridique des GDS/GHRM)

 

A consulter également :

Sur le site du Cercle de Gindou : Tour d'une France en danger

Santé publique Info Lot LEA politique Transition Société

Commentaires

  • Muriel DIDIER
    Pour les collectifs qui ont besoin de matériel militant, qu'ils nous contactent. Nous avons des badges, des tee-shirts, des autocollants à prix "associations" pour eux.
    On ne demande qu'à les soutenir comme nous le faisons depuis de nombreuses années avec les collectifs anti-ogm et les faucheurs volontaires d'OGM.
    Bravo pour vos articles que je twette régulièrement.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau