Gérard Miquel est un menteur

Le Lot en Action n°47. Publié le 27 janvier 2012, par Bluboux, mis en ligne le 6 février

ico-conseil-general-lea-3-1.jpgC’est en premier lieu un article posté sur le site de Lot Nature qui a attiré mon attention : le 15 décembre dernier, la séance du Conseil Général fut ouverte par Geneviève Lagarde sur le sujet du développement durable. L’élue lotoise s’est alors livrée à un incroyable auto satisfecit, mettant en avant les actions entreprises par le département et poussant le bouchon jusqu’à affirmer que le département du Lot était dans les tous premiers de la classe au niveau national. Le Pésident aurait lui-même annoncé : « S’il existait un classement, nous serions sur le podium ». Selon nos confrères de La Dépêche, dans leur édition du 16 janvier : « Un élu suggérait, hier, à Geneviève Lagarde qui rapportait le dossier sur le développement durable lors de la séance du conseil général de débaptiser l'Agenda 21 en un Agenda 46, tant le département du Lot avait été en pointe dans ce domaine. Un autre clin d'œil du parti pris de la collectivité sur ces questions liées à l'environnement tenait dans le libellé d'un chapitre du rapport : 46 initiatives pour le développement durable. »

Là où le bât blesse, c’est que contrairement à ce que pense le président du Conseil Général, il existe bien un classement national en la matière. Il s’agit du Palmarès de l’écologie, qui prend en compte six critères principaux pour « noter » les différents départements français en matière de développement durable : traitement des déchets, conversion à l’agriculture biologique, développement des énergies renouvelables, amélioration de la qualité de l’air, préservation de la qualité de l’eau et application de l’Agenda 21. Bref tous les sujets traités dans le discours par Madame Lagarde. Le magazine La Vie a publié  le 2 novembre dernier le palmarès 2011 dans lequel le département du Lot apparait en 48ème position, avec la mention « insuffisant ». Et à y regarder de plus près, la mention « médiocre » n’était qu’à quelques points… À noter que les deux premières places sont attribuées à L’Ariège et à l’Aveyron, la Haute-Garonne arrive en 13ème, le Tarn en 20ème, les Hautes-Pyrénées en 39ème. Il n’y a que le Tarn-et-Garonne qui soit plus mal classé que le Lot (59ème). Madame Lagarde a donc allègrement menti à tous les conseillers généraux, discours repris par la presse et donc largement diffusé auprès des citoyens lotois. Si ça ce n’est pas de la désinformation…

Mais le coup de gueule ne s’arrête pas là, puisque rien n’arrête nos élus et huiles locales dans le cynisme : le 17 janvier notre Préfet si véloce (voir LEA n° 36 et 41) a entériné l’acte de naissance du comité interconsulaire, qui unit désormais les trois chambres consulaires, la Chambre d’agriculture du Lot, présidée par Jacques Bex, la Chambre des métiers, présidée par Serge Crabié et enfin la Chambre de commerce et d’industrie, présidée par Thomas Chardard. J’en vois déjà certains qui s’agitent en se demandant quel rapport il peut bien y avoir entre le développement durable et ce nouveau comité interconsulaire. Eh bien l’un des objectifs de ce comité, selon l’article paru dans la Vie Quercynoise du 19 janvier, est « de donner du poids aux dossiers économiques, face à d’autres positionnements, d’ordre environnemental notamment » ! En clair, les agriculteurs, les industriels et les entrepreneurs les plus importants du département, s’organisent pour contrer tous ces empêcheurs de faire du fric, ceux qui manifestent contre le gaz de schiste, tous ces écolos qui empêchent les « FNSEAistes » de semer des OGM et de pomper nos nappes phréatiques pour arroser leurs saloperies, ceux qui se bougent pour essayer d’empêcher ces mêmes « FNSEAistes » de voler la terre aux « petits » paysans qui veulent s’installer, ceux encore qui commencent à faire douter les agriculteurs « prisonniers » des semenciers, du Crédit Agricole et des groupes puissants, ceux qui essayent de consommer local et en circuit court, ceux qui sortent du rang en décidant de se réapproprier la gestion de la chose publique… Les temps changent et si ces défenseurs de quelques intérêts privés, et j’inclus dans cette clique certains élus, se mettent à bouger et à s’organiser, c’est qu’ils sont inquiets.

Le Président du Conseil Général du Lot, plutôt que de pérorer et de mettre tous ses espoirs dans un éventuel portefeuille ministériel si Flamby est élu, ferait bien de redescendre sur terre. Sa vision de la gestion du territoire est éculée (voir article sur la ligne Cahors-Capdenac dans ce numéro) et c’est un libéral qui se dit socialiste. Dans le Lot-et-Garonne, vous le lirez dans ce numéro, le Conseil Général engage avec les citoyens une vraie réflexion sur la transition. Un océan sépare donc Pierre Camani (président du Conseil Général du Lot-et-Garonne), Jérome Cahuzac (député-maire d’Agen) et Gérard Miquel.

LEA Info Lot politique Société élections Don Miquel Conseil Général

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org