Les nouveaux compteurs « Linky » arrivent

Le Lot en Action n°44. 25 novembre 2011 par Bluboux

linky-1.jpgERDF s’active dans le Lot et multiplie les rencontres avec les élus. Sept réunions annuelles sont programmées, durant lesquelles le point est fait sur les investissements, travaux de maintenance sur le réseau, développement. En cette année 2011, l’accent est mis sur la présentation du nouveau compteur Linky, qui devrait être installé partout dans le Lot entre fin 2013 et début 2014. Pour les lecteurs occasionnels du LEA, il convient de rappeler ce que sont les compteurs Linky : de vrais petits « mouchards », bourrés d’électronique, qui vont permettre à ERDF d’engendrer de sérieuses économies pour les fournisseurs d’énergie (EDF et tous les opérateurs privés) en supprimant tous les emplois consacrés à la relève des compteurs (le relevé se fera en direct, puisque toutes les informations concernant votre consommation seront transmises automatiquement).

Mais, en plus de fournir votre relevé de consommation, ce compteur « intelligent » transmettra également une foultitude d’infos à ERDF, qui pourra ainsi « informer et éduquer  les consommateurs en vue de faire des économies d’énergie ».  Imposé par l’Union Européenne aux états membres, ces nouveaux compteurs rentrent dans la panoplie des mesures prises par la CEE pour diminuer notre consommation énergétique au niveau européen et respecter les engagements en matière d’émission de Gaz à Effet de Serre (GES). Devant la levée de boucliers des consommateurs dans certains pays, notamment en Hollande, qui ont mis en avant le non respect de la vie privée et le coût exorbitant de ces nouveaux matériels, l’Etat français tente de la « jouer fine » et Eric Besson, surnommé au LEA « Le Traître », a annoncé que les compteurs Linky seraient gratuits pour les usagers. Et ce n’est pas une paille, puisque cela représente près de 5 milliards d’investissements, tout en promettant, bien sur, que cela n’aurait aucune incidence sur le tarif d’utilisation du réseau d’électricité… Nous allons devoir payer la note, d’une façon ou d’une autre.
ERDF tente donc de « séduire » les élus en leur présentant un monde idéal, peuplé de bisounours, où la bienveillance est de mise. Il est urgent que l’information circule et que les élus prennent conscience de l’envers du décor. Nous publions ci-dessous un communique de la CGT, en date du 5 octobre dernier et vous engageons à lire dans ce numéro, l’article consacrés aux 120 propositions du gouvernement en matière d’ « efficience énergétique ». Dans ces propositions, figure la généralisation des compteurs intelligents, et surtout son renforcement, à savoir l’augmentation significative des données qui seront collectées (consommation par pièce d’habitation, équipement, etc.).

Communiqué de la CGT mines-énergie : Qui va payer l’imbroglio des compteurs Linky ?
linky-3.jpgLes compteurs communicants (encore dénommés Linky) ont donné lieu à des échanges la semaine passée derrière lesquels se cachent de réels enjeux pour les usagers, en particulier financiers.
Très clairement le déploiement de ces compteurs, coûteux (environ 5 milliards d’euros), a pour objet principal de gérer plus finement le réseau électrique, et en particulier au niveau de la distribution, afin de mieux faire fonctionner le fameux marché de l’électricité et de mettre le réseau en capacité d’accueillir des productions plus dispersées que celles prévues à l’origine de la conception du réseau électrique. Le gain pour les utilisateurs est loin d’être avéré, et les potentielles économies d’énergie au travers d’une gestion plus fine des appareils électriques dans la maison restent à démontrer.
De ce fait, la CGT s’est toujours opposée à ce que son financement soit à la charge des usagers.
Le distributeur eRDF est mis dans l’obligation de modifier son réseau pour assumer ces nouvelles
technologies. Rappelons qu’il est également et prioritairement nécessaire de faire les investissements pour développer, entretenir et améliorer les réseaux qui ont souffert pendant des années de sous-investissements, ce qui a conduit à une dégradation de service pour les usagers et à des difficultés accrues pour le personnel.
Ainsi, la FNME CGT revendique que le financement des compteurs dont la généralisation vient d’être
décidée brutalement par le gouvernement soit en partie à la charge des fournisseurs, et que celui-ci ne soit pas à la SEULE charge d’eRDF, ce qui lui permettrait de renforcer ses investissements pour rénover les réseaux, qui en ont bien besoin.
Le Gouvernement confie le déploiement et le financement de Linky à eRDF, et affirme que le nouveau compteur sera gratuit pour l’usager renvoyant son financement à des gains de productivité réalisés par le distributeur public.
La FNME CGT s’inquiète de l’impact que ce déploiement pourrait avoir pour les salariés d’eRDF ? Pour la CGT cela ne doit pas se traduire par des suppressions d’emplois et la dégradation des conditions de travail pour les salariés de l’entreprise.
Or, les premières estimations faites par les directions évoquent la suppression de plus de 4000 emplois de techniciens- clientèle. La FNME CGT a déjà fait savoir son opposition à ces suppressions,ainsi qu’aux utilisations anti sociales qui pourraient être associées à la mise en oeuvre de ce compteur (coupures à distance pour impayés, etc.).
Au contraire, ce déploiement doit être porteur de créations d’emplois à l’interne et d’amélioration réelle du service rendu aux usagers. La pose, ainsi que la maintenance de ce compteur, doivent être assurées par du personnel d’eRDF. Le recours à la sous-traitance doit être exceptionnel, car il est reconnu par la direction d’eRDF elle-même que sous-traiter revient plus cher que de faire réaliser les travaux par ses propres équipes.
Le contact avec les usagers doit être maintenu entre autres en termes de conseil énergétique. Il faut maintenir des compétences, utiliser et renforcer le professionnalisme du personnel, passant par une revalorisation des classifications, redonnant du sens au travail pour l’ensemble des activités du distributeur ERDF.

Concernant l’ouverture à la concurrence des concessions, la CGT réaffirme sa totale opposition !
La CGT a toujours milité pour la cohésion territoriale c'est-à-dire l’aménagement du territoire, la solidarité géographique à travers la péréquation tarifaire, la réglementation et le contrôle des tarifs pratiqués comme le tarif réglementé, mais aussi le bon accomplissement des missions de service public par eRDF. L’équité du traitement des usagers est une priorité absolue. En conséquence, la FNME CGT s’oppose à toute remise en cause du régime concessionnaire et réaffirme le rôle de gestionnaire de réseau qui est celui d’eRDF.
Tous ces points nous amènent à revendiquer qu’eRDF ait la visibilité nécessaire à long terme, qui consiste à renouveler les contrats de concessions dans le cadre d’un monopole concessionnaire de service public, et cela pour une durée d’à minima 30 ans. La CGT est prête à s’engager dans les débats qui vont avoir lieu dans les prochains mois, afin de faire des propositions pour garantir l’unicité de traitement des usagers, pour développer l’emploi à l’interne et privilégier la fabrication de ce compteur par des entreprises participant au développement industriel de notre pays et sur le territoire national.

Info Lot LEA énergie . Société Habitat Technologie Flicage

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau