Fusion des régions : joute musclée entre Malvy et Bourquin

Le Lot en Action, par Bluboux, mis en ligne le 13 juin 2014

Match boxeLa fusion des régions proposée par Hollande ne passe pas en Languedoc et Midi-Pyrénées (voir notre article du 4 juin). Dans un entretien publié dans le quotidien Midi-Libre, Christian Bourquin, président (ex-PS) de la région Languedoc-Roussillon, n'y va pas de main morte. « On est passé de la 22ème région à la 9ème en dix ans. Lorsque l'on commence à réussir, on ne casse pas 35 ans d'efforts (…) Malvy veut le magot ! (...) Moi je suis carré. Je n'aime pas les combinaisons. Lui, c'est un glouton ! ». Martin Malvy lui répond via les colonnes du Monde : « Nous avons une occasion historique de fonder un grand ensemble d'une puissance comparable à nos voisins de Rhône-Alpes et de la Catalogne. Ce serait une erreur historique de ne pas saisir cette chance (…) En Midi-Pyrénées, nous avons la chance d'être en tête des régions européennes pour la recherche, l'aéronautique et l'espace. Le Languedoc-Roussillon est leader dans les filières santé, eau et technologie de l'information. Les deux territoires sont complémentaires ».

Ambiance donc dans le sud-ouest ! Christian Bourquin annonce qu'il ne lâchera rien et se battra jusqu'au bout, même s'il se sent trahi par le maire de Montpellier, Phlippe Saurel (PS). Dans l'entretien accordé à Midi-Libre, il lui reproche de ne pas défendre la candidature de sa ville pour devenir la capitale de la nouvelle entité régionale. « Je ne pense pas que les Montpelliérains veuillent ça. C'est une faute politique grave »

 

 

Droupifree L'intégralité de ce site est accessible gratuitement. Pour que l'association puisse continuer à éditer le site et le journal, nous avons besoin d'abonnés ! L'abonnement au journal est proposé en version papier (recevez-le par la poste ou à retirer dans un lieu de dépôt) ou numérique (format pdf). Vous pouvez également faire un don pour nous soutenir, montant libre, de 1€ à un million de dollars !
Commentaires (2)

1. Dido 34 17/06/2014

Ah si Georges Frêche était encore en vie et donc Président de la région Languedoc Roussillon ... Papy Malvy il raserait les murs. Même qu'il aurait été obligé de fusionner avec le Limousin et le Centre avec guéret comme capitale régionale. C'est sûr avec Bourquin en face, il croit jouer au plus malin.
Jojo tu nous manques !!

2. Gégé Lapioche 13/06/2014

Gros problème en effet. Les Toulousains veulent bien fusionner pour bénéficier de l'accès à la mer, mais sans les Piches de Perpignan, qu'ils considèrent encore plus arrogants qu'eux, c'est vous dire. Donc la question: quoi faire du département des Pyrénées Orientales ? Tout naturellement, on a demandé à leurs cousins catalans espagnols de les intégrer dans leur région. Ce à quoi les dirigeants de Barcelone ont répondu: Indépendantistes Oui ! Mais cabours, certainement pas!

Deuxième problème: le choix de la capitale régionale... Ça va pas être simple. Quoi qu'il en soit, que ce soit Toulouse ou Montpellier, la capitale sera excentrée du reste de la région.
La solution est pourtant fort simple. On a qu'à prendre la ville qui se situe à peu près au milieu des deux. Il s'agit d'une charmante bourgade de 10 000 habitants qui s'appelle Lézignan-Corbières dans l'Aude et qui ne demande qu'à se développer. Il y a déjà un aéroport, certes très petit mais les bases sont là. Faisant d'une pierre deux coups, il suffirait de déplacer le chantier de NDDL à Lézignan, et croyez en mon expérience, ce ne sont pas les Gavaches de l'Aude qui vont mettre des bâtons dans les roues à nos chers capitalistes bétonneurs. En plus il y a plein de gaz de schiste par là, donc c'est que du bonheur et de redressement industriel assuré. Alors , elle est pas belle la vie ?

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org