Appel pour une marche blanche contre les pesticides à Bordeaux

Source : communiqué de presse et Basta mag, mis en ligne le 11 février 2016

La Gironde fait partie des départements où est épandue la plus grande quantité de pesticides « cancérogène, mutagène, reprotoxique » ou contenant des perturbateurs endocriniens, un poison qui attaque les hormones. « Si la société civile veut protéger ses enfants elle doit montrer sa volonté de faire cesser le déni et l’omerta des institutions viticoles », estiment des organisations environnementales et paysannes. Elles appellent à une marche blanche le 14 février à Bordeaux.

Rendez-vous Dimanche 14 février 2016 à 14h Place Bey Berland à Bordeaux

Carte consommation importante pesticidesVous êtes nombreux aujourd’hui dans notre société, à être conscients et inquiets des dangers des pesticides, encore plus nombreux grâce au reportage Cash Investigations D’Elise Lucet du 2 février dernier qui a touché le grand public.
Ce documentaire a confirmé la dangerosité de nombreux produits homologués et la mise en danger de la santé des enfants, des riverains et des agriculteurs. Il a montré l’impunité des firmes de l’industrie chimique, la complicité de nos élus.
Il légitime par ailleurs, les actions en justice engagées ici en Gironde pour faire reconnaitre la responsabilité des pesticides dans la mort de professionnels de la Viticulture.
Aujourd’hui, la Gironde est montrée du doigt, comme département le plus consommateur de pesticides CMR (cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques), mais ce n’est plus seulement l’affaire des viticulteurs, nous sommes tous concernés.

Si la société civile veut protéger ses enfants elle doit montrer sa volonté de faire cesser le déni et l’omerta des institutions viticoles.

 

Contacts presse :
Confédération Paysanne de Gironde, 05 56 52 26 79. Dominique TECHER : 06 09 87 55 45
Valérie Murat : 06 11 526 597
Marie Lys Bibeyran : 06 64 21 89 23
Générations Futures : 06 87 56 27 54

Commentaires

  • MAGNIN ISABELLE
    • 1. MAGNIN ISABELLE Le 14/02/2016
    "l'omerta" mot tout à fait approprié dans ce contexte sanitaire...Tout comme l'omerta des chasseurs, idem...Touche pas à ma chasse, et tant pis pour les dégâts, les morts pris pour des lapins...combien par an ? C'est ça l'omerta, on n'en parle pas, et pourtant, depuis l'ouverture, au moins 4 cadavres sont à déplorer, qui dit mieux ?

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau