Le cri de la carotte

Source : Le Lot en Action n°89 (avril 2015), par Senga, mis en ligne le 19 juin 2015

Chronique senga cri de la carotte webIl y avait longtemps qu'on ne me l'avait pas sortie celle-là ! Lors d'un repas partagé, quand j'ai dit «Non merci» lorsqu'on m'a proposé une part de quiche riche en lardons, j'ai dû justifier mon refus pour ne pas blesser la cuisinière fière de sa réalisation. C'est vrai qu'elle était belle cette quiche, et appétissante ma foi, mais je n'avais nullement l'intention de manger des petits morceaux de cochon. J'ai donc ajouté «Je ne mange pas de viande». J'ai eu droit à un regard mi-mauvais, mi-ironique, de la part de la faiseuse de quiche et son commentaire «Tu sais, les salades souffrent aussi quand on les coupe ». Sur le moment, pas envie de répondre à cette nouvelle version du "cri de la carotte", bien connue de tous les veg's. Sandrine Delorme, veg' et militante de la cause animale, a fait paraître un livre relatant son expérience dont le titre est justement Le cri de la carotte (1). Une épicerie végane a ouvert en 2013 à Toulouse et porte aussi ce nom (2). D'après mes recherches cette expression viendrait d'une pièce de théâtre (pantomime) de 1848 intitulée Reine des carottes et écrite par Champfleury et Albert-Henry Monnier qui se moquaient (déjà !) du végétarisme.

Alors voici ce que j'ai à dire à tous les omnivores qui seraient tentés par cette taquinerie lors de leur prochaine rencontre avec un végétarien. Les botanistes font des découvertes étonnantes (potentielle immortalité des arbres ou modification de leur génome au cours de leur existence par exemple) (3) et ont prouvé que les végétaux réagissent à leur environnement. Cependant les plantes ne disposent pas du système nerveux complexe dont sont dotés les animaux humains et non-humains. Je ne saurais donc dire que les végétaux "souffrent" de la même façon que nous. En revanche, je peux affirmer que les animaux ressentent la douleur comme vous et moi et c'est pourquoi je ne veux pas les tuer pour mon seul plaisir gustatif. Et puis bien même les végétaux souffriraient-ils vraiment, je contribuerais, en ne me nourrissant que d'eux, à réduire la violence et la douleur sur cette terre : combien de tonnes de végétaux sont-elles nécessaires pour l'alimentation des animaux destinés à être mangés à leur tour ? Qu'on se le dise, les veg's épargnent la souffrance à des millions de végétaux ! En fait, cette remarque ironico-perfide qui se moque de la "sensibilité" des veg's est non recevable car elle insinue que, puisqu'il est impossible de supprimer toutes les souffrances, il est vain de vouloir en éviter certaines. Aussi absurde que ne pas vouloir soigner des personnes légèrement blessées ici parce qu'il y a la guerre ailleurs et que les blessés le sont bien plus gravement ou jeter des sacs poubelles partout parce que le 6ème continent de déchets dans l'Océan Pacifique est bien pire que quelques plastiques sur le bord des routes.

Pour conclure, une recette pour les mangeurs de carottes, veg's ou pas. Faire revenir dans de l'huile d'olive un oignon émincé et des carottes râpées (on peut ajouter un peu d'eau). Quand les légumes sont bien souples, les mélanger dans un saladier avec du tofu soyeux, du sel, du poivre et du cumin. Verser la préparation dans un fond de tarte préalablement cuit à blanc pendant une dizaine de minutes et mettre le tout au four pendant une demi-heure, thermostat 6-7. Cette tarte peut se manger froide. Pourquoi pas lors d'un repas partagé ?

(1) Editions Les points sur les i, 2011

(2) 304 avenue de Muret

(3) Cf. Plaidoyer pour l'arbre de Francis Hallé, éditions Actes Sud, 2005

Droupifree L'intégralité de ce site est accessible gratuitement. Pour que l'association puisse continuer à éditer le site et le journal, nous avons besoin d'abonnés ! L'abonnement au journal est proposé en version papier (recevez-le par la poste ou à retirer dans un lieu de dépôt) ou numérique (format pdf). Vous pouvez également faire un don pour nous soutenir (montant libre).
Commentaires (2)

1. ville jacqueline 28/06/2017

certains êtres éveillés en Inde confirment que les végétaux ressentent la douleur mais comme celle-ci n'est pas mémorisé dans leurs cellules ont peut effectivement les consommer.

2. kalys 28/06/2015

cette tarte..."du cri de la carotte" est un délice !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org