La nouvelle ZAD de Sainte-Colombe-en-Bruilhois va faire faire du bruit !

Le Lot en Action, reportage, par Laurent Cougnoux, mis en ligne le 14 décembre 2014

Zad agen panneauNous avons relayé l'appel à la création d'une ZAD à côté d'Agen, dont la première rencontre et la création ont eu lieu hier. Nous nous sommes rendus sur place avec François, de Décibel FM, et avons assisté à cette première réunion. Des interviews, des entretiens, des rencontres. Le point sur ce qui commence à Agen et inquiète déjà fortement les services de l’État. Vos médias libres étaient sur place, vos yeux et vos oreilles !

 

Le contexte

La nouvelle ZAD de Sainte-Colombe-en-Bruilhois va faire du bruit. Sur cette petite commune située à une petite dizaine de kilomètres d'Agen, la communautés de communes (Agen Agglo qui regroupe 29 communes) a décidé de créer une nouvelle zone d'activité économique sur 280 hectares de terres agricoles alluvionnaires tout près de la future gare TGV Bordeaux-Toulouse. Des hôtels, des temples de la consommation en connexion directe avec la Chine, des parkings, des ronds points, des routes, des échangeurs… Au total, ce sont près de 600 hectares de terres fertiles qui sont menacées, le tout aux portes d'Agen, dont l'agglomération (aire urbaine) compte 111 000 habitants. 600 hectares qui seront essentiels pour les générations futures lorsqu'il s'agira de nourrir les habitants et que la folle course de notre société capitaliste, devenue incontrôlable, se sera terminée dans le mur…

Cette logique de gaspillage foncier n'est elle pas suicidaire dans un contexte de dérèglement climatique qui limite progressivement notre capacité de production alimentaire ?

L'imperméabilisation des sols à outrance provoque des inondations de plus en plus catastrophiques, parfois meurtrières, et limite le renouvellement des nappes phréatiques. Les agriculteurs, de moins en moins nombreux, de moins en moins paysans, tendent à devenir des industriels de l'agriculture, faisant « cracher » la terre à coup d'intrants chimiques et de pesticides, produisant du maïs, des céréales à paille, du colza et du tournesol destinés à l'exportation ou aux fermes usines, à l'image de la ferme des 1000 vaches.

Ce projet de construction d'une énième zone d'activité économique et commerciale autour d'Agen est une folie. Songez que le département du Lot-et-Garonne en compte 29 ! A titre d'exemple, l'Agropole-Estillac située à quelques kilomètres de Sainte-Colombe-en-Bruilhois compte de nombreux espaces vides et de locaux inutilisés…

Mais rien n'arrête les élus, qui restent campés sur leur vision passéiste du développement, qu'ils ne considèrent qu'économique, obnibulés par la « sainte croissance » avec pour critères du bien vivre ensemble le nombre de grandes surfaces, de ronds points et les chiffres de la délinquance. Songez qu'en pleine période d'austérité budgétaire, la ville d'Agen a rénové sa gare centrale (inaugurée le 12 septembre 2013) pour un coût de plus de 16 millions d'euros, alors que la future grande gare sur la ligne Bordeaux-Toulouse sera construite juste à côté de Saint-Colombe…

La nouvelle gare, la zone d'activité de Sainte-Colombe, la construction d'un second échangeur autoroutier implique l’État, les collectivités locales, mais aussi Vinci et ASF… et les coût sont faramineux. Rien que pour cette future ZAC (Zone d’aménagement concerté), entre les coûts d'études, d'acquisition du foncier, de réalisation des voies secondaires et de dessertes, des parcs de stationnement, des espaces verts et des réseaux divers, on atteint la somme de 65 millions d'euros (2).

 

La résistance

Joseph bonotto 1Joseph Bonotto et son fils, qui cultivent une dizaine d'hectares sur la commune depuis près de trente ans, refusent l'expropriation. Après avoir épuisé tous les recours juridiques à sa disposition et ne sachant plus quoi faire contre « cette grosse machine qui va provoquer un désastre », Joseph a lancé un appel à l'aide et proposé de créer une nouvelle ZAD au milieu de ses champs, afin de les occuper, de les cultiver de façon collective, légale et pacifique et de montrer la volonté partagée de préserver cette vallée fertile.

Hier, dès le matin, les gens ont commencer à arriver sur les lieux après avoir croisé une impressionnante marée bleue (précisons que Joseph étant encore chez lui, les gendarmes n'ont pu pénétrer sur le terrain…). Sous l'un des hangars agricoles, une première réunion a eu lieu, regroupant une cinquantaines de personnes venues pour s'informer. Jean-Christophe Robert, de l'association Filière Paysanne (1), et quelques militants ont entamé la discussion, précisant que la création de cette ZAD avait pour objectif d'obtenir un moratoire inconditionnel du projet et l'engagement d'un vrai débat public pour stopper le mitage inacceptable des zones commerciales autour de la ville d'Agen et d'engager une réflexion cohérente sur la gestion du territoire.

« Nous n'avons pas de planète B, il ne faut pas les laisser la gâter ! ZAD partout ! C'est un vrai projet alternatif que nous devons proposer. Cultiver ces terres, avec du maraîchage, en permaculture, agroforesterie, parce ce que ces terres ont vocation à nous nourrir. Nous avons besoin de compétences, d'aides en moyens humains mais également de semences ».

Le débat a très rapidement pris de la consistance et les propositions concernant la façon d'organiser cette ZAD étaient nombreuses et riches..

Zad agen tous de dosA 13h45 Joseph Bonotto et Jean-Christophe ont officiellement déclaré la ZAD ouverte. Une quinzaine de Zadistes sont d'ores et déjà installés de façon permanente sur les lieux. Ils lancent un appel à toutes les bonnes volontés pour venir renforcer leurs rangs et faire de cette lutte un symbole, celui qui oppose une vision capitaliste de nos territoires et de leurs ressources et une proposition beaucoup plus humaine, respectueuse de notre environnement, proposante et créative. Alors si le cœur vous en dit, allez leur rendre visite et apportez leur soutien, compétences, chaleur, bonne humeur, mais aussi matériels, semences, couvertures, matériaux de construction, etc.

Cette nouvelle ZAD risque donc fort de faire beaucoup du bruit dans les semaines et mois à venir. Sur le chemin entre Notre-Dame-des-Landes et Sivens, entre Toulouse et Bordeaux (à deux pas de chez nous), symbolisant parfaitement l'opposition citoyenne de plus en plus forte face aux dérives d'une agriculture devenue mortifère et à la corruption des nos élus, au moment où les ZAD se multiplient et font que la peur change de camps... Les premiers zadistes que nous avons rencontrés sont bien loin de l'image que vous en donneront les médias dominants et la présence sur le terrain, dès la création de cette ZAD, de la Confédération paysanne du Lot-et-Garonne, du Modef, de Filière Paysanne, d'Alternative Libertaire, mais également d'élus (Maryse Combres et Bernard Péré (Conseiller Régional), d'Europe Ecologie les Verts), annonce une course qui aura tout du marathon. Notre confrère de La Dépêche a livré un brûlot à l'encontre de Joseph Bonotto (3), qui relève davantage du réglement de compte et du procès d'intentions que de l'information. Ce qui est certain, c'est que le fait que cette ZAD prenne place sur une propriété privée va un tantinet perturber nos "gardiens de la paix".

Interviews et reportage

Pour écouter le reportage réalisé lors de notre passage sur la ZAD, c'est par ici !

 

Notes

(1) Association Filière Paysanne : http://filiere-paysanne.blogspot.fr/

(2) Voir le dossier de réalisation sur le site de l'Agglomération d'Agen : http://bit.ly/1GniWNj

(3) A ce titre je vous engage à lire les nombreux articles publiés par La Dépêche sur Sivens, mais également celui sur la ZAD de Ste-Colombe, publié ce jour, qui est une vraie caricature et ne fait que renforcer le coup de gueule de Laurent Mauduis (Médiapart) contre notre quotidien: http://bit.ly/1wwSJrm

Zad agen

Droupifree L'intégralité de ce site est accessible gratuitement. Pour que l'association puisse continuer à éditer le site et le journal, nous avons besoin d'abonnés ! L'abonnement au journal est proposé en version papier (recevez-le par la poste ou à retirer dans un lieu de dépôt) ou numérique (format pdf). Vous pouvez également faire un don pour nous soutenir (montant libre).
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Le Lot en Action, 24 avenue Louis Mazet, 46 500 Gramat. Tél.: 05 65 34 47 16 / contact@lelotenaction.org