La Poste a de grandes ambitions pour nos territoires ruraux...

Le Lot en Action, par Bluboux, article publié dans notre numéro d'octobre (n°114), mis en ligne le 31 octobre 2017

Numérotation des rues et des routes de nos villes et villages, suppression de la distribution du courrier à domicile en créant une boite aux lettres commune dans les villages... La Poste réfléchit avec nos élus et imagine notre futur.

Info lot la poste a de grandes ambitions pour nos territoires ruraux legende infinie tristesse de jacques tatiLes cadres dirigeants de La Poste, qui rappelons-le est encore un établissement public administratif, cherchent à tout prix à réduire les coûts de fonctionnement (pour se préparer à leur privatisation) et à trouver de nouveaux débouchés. Car si le nombre de lettres distribuées diminuent très fortement, en revanche le nombre de colis à acheminer augmente nettement du fait de l'essor du commerce en ligne. Ce juteux « marché du colis » se porte à merveille : près de 900 millions d’objets ont été expédiés en 2016, pour environ 6,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Environ 470 millions de colis ordinaires seront envoyés en 2020, soit une croissance de 3,5% par an. Les bénéfices attendus atteindront, eux, près de 2,5 milliards d’euros. Or, ce marché, largement capté par les gros opérateurs privés, entendez DHL, FedEx et UPS, attire également les monstres de l'e-commerce comme Amazon, qui vient de lancer à Paris son service de livraison à domicile en moins d’une heure. Et les livraisons par drone ne sont plus de la science fiction puisque une première ligne commerciale a été ouverte dans le Var par une filiale de La Poste (lire à ce sujet l'article « Première ligne commerciale de livraison de colis par drone » dans le n°108 du LEA). Bref, La Poste est sur les dents et imagine déjà les moyens de se faciliter la tâche dans nos campagnes. Entendez-par là, pouvoir assurer les livraisons plus rapidement, avec du personnel moins qualifié et donc en augmentant les bénéfices. Pour ce faire, les éminences grises de l'auguste établissement ont imaginé une solution pratique à laquelle personne n'avait pensé : numéroter toutes nos rues (qui perdraient donc ainsi leur nom au profit d'un chiffre), nos routes (exemple: route ou chemin de A à B) et dans les petits villages arrêter la distribution du courrier dans nos boîtes aux lettres en créant des centres de dépôts.

Cette information nous a été transmise par Rémi Cochard, lecteur du LEA, qui assistait à la mi-septembre à une réunion au Bastit des « responsables ou animateurs de commissions thématiques du pôle Gramat-Padirac » de Cauvaldor, en présence d'un cadre de La Poste et du représentant d'un cabinet d'audit-conseil (vous savez ces cabinets qui sont très copains avec nos grands élus et qui pompent les finances publiques en facturant des études à tour de bras, pour tout et n'importe quoi).

Dans son courrier Rémi s'indigne : « Les prestations du cabinet en question seront facturées à la commune ou à Cauvaldor (communauté de communes du 46, non… du Lot). Le refus de cette prestation sera possible, mais quid si c’est Cauvaldor qui prend une décision globale s’imposant à tous les villages ? Les achats de plaques de numéros de rue et d’habitation seront à la charge des communes ou communautés. Il en ira, pour un petit village, de plusieurs milliers d'euros. Plus besoin de connaissance du terrain pour les préposés qui viennent à nos boîtes aux lettres et qui vont de CDD en CDD. Il y a de l’Uberisation dans l’air (genre Deliveroo). Il a également été question de "centres de dépôt" où les habitants des villages et hameaux viendraient trier et prendre leurs courriers et colis. Pourvu que ce soit dans un bistrot !… En fait, sournoisement, l’argent des collectivités locales va financer... les gains de productivité des dites entreprises et les dividendes qui vont avec. Et qui, au bout du bout du bout ne sont par forcément taxés en France... »

 

 

Rechercher sur ce site

Utilisez le moteur  ci-dessous pour effectuer des recherches sur le site du Lot en Action (plus de 6 000 articles en ligne depuis février 2009)

 

Droupifree L'intégralité de ce site est accessible gratuitement. Pour que l'association puisse continuer à éditer le site et le journal, nous avons besoin d'abonnés ! L'abonnement au journal est proposé en version papier (recevez-le par la poste ou à retirer dans un lieu de dépôt) ou numérique (format pdf). Vous pouvez également faire un don pour nous soutenir, montant libre, de 1€ à un million de dollars !